29/12/2013

La Coupe Spenger surmédiatisée

 

L’actuelle Coupe Spengler de hockey sur glace est surmédiatisée, en particulier par la TSR qui éprouve le besoin de survendre l’événement, on ne sait pas trop pourquoi ! Or, il faut le prendre pour ce qu’il est, ni plus ni moins. C'est-à-dire pour un agréable tournoi, mais surtout pas pour une compétition de haut rang.

La simple lecture des équipes invitées, qui s’ajoutent au HC Davos et au Team Canada, suffit à le démontrer : Genève-Servette, huitième de LNA, Rochester, dixième sur quinze de la division est de l’American Hockey League (AHL), Vitkovice, neuvième sur quatorze de l’Extraligue tchèque, et CSKA Moscou, quatrième de sa conférence de KHL certes, mais qui vit sur sa réputation passée, ne figurent pas dans le gotha européen et soviétique.

La Coupe Spengler fait partie d’une tradition séculaire. Créée en 1923, elle fut la chasse gardée des clubs tchécoslovaques et russes pendant 21 ans (1965-1985). Avant qu’elle ne s’ouvre plus largement au monde. Son objectif premier était de réunir, à Davos, des hockeyeurs du monde entier et de tisser des liens avant, qu’au fil des années, l’esprit de compétition ne prît le dessus. Pas pour tout le monde. Cette année, on a surpris des regards de connivence entre les joueurs, des sourires, des éclats de rire même. Cette ambiance sympa déteint forcément sur la Coupe. Le hockey de gala prime avant tout. Le résultat en devient presque secondaire.

Alors, nul besoin de répéter en boucle que les matches se jouent tous à guichets fermés – ce qui est un mensonge éhonté – et que le marché noir fleurit. Mieux vaut rire de bon cœur de ces affirmations glanées sur la TV romande, qui nous saoule de commentaires, au point qu’on finit par couper le son. C’est alors un pur bonheur de déguster la Coupe Spengler selon notre bon plaisir, sans fond sonore polluant.

 

15:22 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.