31/12/2013

Le mystère Genève-Servette

Il faudra que Genève-Servette nous explique un jour comment de statut de zéro il est passé à celui de héros à la Coupe Spengler qu’il a survolée avec maestria. Oui, le club grenat s’est refait une santé et une beauté dans un tournoi qui a fait la part belle au spectacle. Pourvu que cette embellie ne soit pas qu’un simple feu de paille. Mais qu’elle s'inscrive dans la durée en championnat où, faut-il le rappeler, la situation du club des Vernets reste fragile.

 A Davos, comme Sherkan, l'Aigle a pris de la hauteur. Pour la première fois depuis le début de la saison, Genève-Servette a répondu aux attentes de Chris McSorley. Cette équipe-là, avec trois lignes d’attaque d’enfer et des mercenaires qui ne cessent de monter en puissance - à l’image de Lombardi et Daugavins, voire même de Stafford, le petit dernier - a désormais les moyens de ses ambitions. Elle peut rivaliser sans complexe avec les gros bras de la grande Ligue et devenir champion de Suisse pour la première fois de sa grande histoire. A plusieurs conditions toutefois:

1. Que, comme à la Coupe Spengler, Genève-Servette joue avec envie et laisse parler ses émotions et sa folie pendant 60 minutes.

2. Que Chris McSorley lâche la bride à ses joueurs et les laisse s’exprimer sans les enfermer dans un système de jeu parfois trop rigide.

3. Que son jeu épouse plus la verticalité comme à la Coupe Spengler grâce à la qualité de la première passe de Bezina et Stafford notamment.

4. Que son jeu de puissance continue à monter en…puissance.

5. Que la présence d’un cinquième étranger dans son contingent soit un plus et non pas une source de tension au moment de coucher les quatre mercenaires éligibles sur la feuille de match.

6. Que la patinoire des Vernets redevienne un bastion imprenable pour les adversaires de Genève-Servette, qui a déjà subi sept défaites depuis le début de la saison.

Bref que Genève-Servette s’implique enfin à 100% dans un championnat, certes monotone jusqu’à en devenir parfois ennuyeux, mais qui reste - les Genevois l'ont prouvé à la Coupe Spengler avec le HC Davos,- l’un des meilleurs d’Europe.

 

16:11 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.