30/03/2014

Patinoire du Trèfle Blanc: que font nos autorités?

Je ne vais pas déclarer ici la guerre à la culture, sous prétexte que la Ville de Genève en fait des tonnes dans ce domaine aux dépens du sport. Mais la page Evènement de la Tribune de Genève du 21 mars m’a tout de même interpellé. Les autorités municipales s’apprêtent à dépenser 200 millions de francs – sans compter les inévitables dépassements de budget – pour la rénovation du Musée d’art et d’histoire, du Grand Théâtre, de la Nouvelle Comédie et la création du Pavillon de la danse – et rien pour le sport !

D’ici à 2018, ce ne sont pas moins de deux chantiers d’envergure qui devraient être achevés. Deux autres devraient démarrer la même année. Les membres du Conseil administratif justifient ces dépenses somptuaires par le fait que leurs prédécesseurs n’ont pas fait leur boulot en matière d’investissements. Et que les édifices à restaurer tombent en ruine.

Pendant ce temps-là, et sans vouloir opposer en aucune manière la culture au sport, le Genève-Servette HC attend toujours la construction de sa nouvelle patinoire au lieu dit Le Trèfle Blanc sur la commune de Lancy. Celle des Vernets a certes été rénovée à grands frais ces dernières années, mais elle ne répond plus aux exigences de la Swiss League de hockey sur glace.

Ce qui me chagrine, pour rester poli, dans cette affaire, c’est que l’Arena du Trèfle Blanc ne constitue pas la priorité du Conseil d’Etat, qui a laissé – n’est-ce pas M. Longchamp? – et laisse encore dormir le projet dans ses tiroirs. Même si elle n’est pas concernée au tout premier chef  – encore que… – la Ville de Genève refuse de mettre la main au portemonnaie pour, tel Ponce Pilate, mieux refiler la patate chaude au Canton.

Notez qu’on comprend mieux la position de M. Kanaan. Très actif certes sur le front de la culture – donc du Musée d’art et d’histoire, du Grand Théâtre, de la Nouvelle Comédie et du Pavillon de la danse – le conseiller administratif est absolument transparent dans le domaine du sport, l’autre dicastère dont il a la charge. Son bilan est aussi mince – sinon plus – qu’une feuille de papier à cigarette.

Alors que Genève cultive le temps de l’inaction, Bienne, Fribourg et Lausanne annoncent la construction de nouvelles patinoires. Cherchez l’erreur! La pétition que vient de lancer le Genève-Servette HC sur son site internet fera-t-elle changer d’avis les édiles genevois? Pas sûr, hélas!

 

12:15 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.