08/07/2014

McSorley-la-Science n'a pas droit à l'erreur

Comme aux célèbres Galeries Lafayette, il se passe toujours quelque chose au Genève-Servette HC. Même à la morte-saison! Après le feuilleton des gardiens, qui a lésé clairement Bays et Nyffeler - tous deux en concurrence pour la place de No 1 dans un premier temps, avant de devoir faire place nette à Mayer - et le cas Jacquemet, à qui McSorley a montré clairement le chemin de la sortie - malgré un contrat en bonne et due forme -, voilà qu’Almond quitte à son tour le navire, direction la NHL.

Le boss de Genève-Servette s’empresse d’éteindre le feu comme chaque année à pareille époque. Le temps de la vente des abonnements se marie mal avec l’annonce de mauvaises nouvelles. Car, avec le départ d’Almond, qui suit ceux annoncés de longue date de Daugavins et Hollenstein, ce sont trois joueurs-rois sur l’échiquier des Aigles - 115 points au classement des compteurs 2013-2014 à eux trois - qui s’évanouissent dans la nature. Et qui, excepté le Letton, ne seront jamais remplacés à valeur égale.

Dans un discours digne de la Méthode Coué, McSorley s’en remet au talent des jeunes joueurs pour faire oublier cet exil de masse. Sauf que si Antonietti, Marti, Iglesias, Rod et Trutmann ont déjà emmagasiné de l’expérience en LNA, les futurs nouveaux appelés - Impose, Dupertuis, Douay, Girard, Wick, Traber et Leonelli - font un immense saut dans l’inconnue.

Or, le passé en témoigne, il n’est pas toujours aisé de se faire une place au soleil aux Vernets sous les ordres de McSorley. Augsburger, B. Antonietti, Schilt, les frères Bonnet, T. Vauclair, P. Savary, Sutter, Vermeille et T. Kast - de retour au bercail cette saison, mais sans doute voué au rôle ingrat de surnuméraire -, pour ne citer que ceux-là, ont dû aller chercher fortune ailleurs. Autant dire que l’opération jeunesse initiée par McSorley-la-Science n’est pas gagnée d’avance. Avec le programme qui l’attend (championnat, Ligue des champions, Coupe de Suisse et Coupe Spengler), le coach n’a pas droit à l’erreur pour bâtir une équipe qui tient la route.

 

16:29 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.