29/06/2015

Hugh Quennec hors-jeu

On ne tire pas sur un homme à terre. Il n’empêche! Les récents déboires de Hugh Quennec à la présidence du Servette FC avec les dégâts que l’on sait (relégation administrative en 1re ligue promotion) entachent un peu plus encore et de façon pérenne le parcours tortueux de celui qui reste – pour le meilleur ou pour le pire? – le big boss du Genève-Servette HC avec Chris McSorley.

La dernière cacade de Hugh Quennec a précipité la rupture (définitive?) du lien de confiance certes ténu qui existait encore avec les autorités politiques genevoises. Par la faute de la gestion opaque de son président, Genève-Servette n’est plus en position de force dans le dossier de la construction de l’éventuelle patinoire du Trèfle-Blanc. Autant dire que dans la perspective d’un partenariat public-privé  – scénario retenu pour le financement du futur joyau de l’équipe grenat – Hugh Quennec doit être mis hors-jeu.

Car, comme on connaît le personnage, si prompt à pleurnicher et à quémander l’aumône, le Canadien prendra un jour ou l’autre prétexte du retard pris dans la construction de la nouvelle aréna du club grenat pour exiger une compensation financière des autorités. En avançant des arguments et des sommes farfelus sans pour autant ouvrir sa comptabilité à qui de droit.

La gestion obscure et aléatoire du Servette FC remet en cause la légitimité et la crédibilité de Hugh Quennec comme président du Genève-Servette HC, du Mouvement junior éponyme et de Genève-Futur. Autant dire que le Canadien devrait songer à faire place nette. Pour le bien de la communauté, dont il n’a de cesse de se réclamer, mais qui ne saurait lui délivrer un blanc-seing à vie.

Car, si vous l’ignoriez encore, la Ville et le Canton versent chaque année des centaines de milliers de francs destinés à la relève du hockey genevois (Genève-Servette avant tout).  Avec, on l’espère pour le contribuable, un contrôle rigoureux de l’usage qui est fait de ces fonds…

 

11:52 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

Au lieu de vous en prendre à ceux qui donnent d'eux-même, sans grand espoir de retour sur investissement, oserais-je vous suggérer de revisiter les promesses des candidats au Conseil D'Etat en 2013 qui ont tous reçu un questionnaire sur la nouvelle patinoire.

Écrit par : Pierre JENNI | 29/06/2015

Les commentaires sont fermés.