17/01/2016

Chris McSorley est trop injuste

On ne changera pas Chris McSorley. Et c’est mieux ainsi, sinon la source de notre blog va très vite se tarir. Le dernier courroux de l’Ontarien n’est pas piqué des vers. Il date de samedi soir après la surprenante défaite de Genève-Servette face à Langnau (3-5), le jour même d’un retour dès potron-minet à Genève.

Songez que les Aigles sont rentrés dans leurs foyers à 6 heures du matin après 900 km de trajet en car (Genève-Davos aller retour) et que quatorze heures plus tard seulement, ils griffaient à nouveau la glace. Mais Chris McSorley n’en a cure. «Mes joueurs ne peuvent en aucun cas avancer cette excuse pour expliquer cette défaite, affirme-t-il au Matin Dimanche. Ils n’ont pas suivi le plan mise en place…» Sous entendu pour reprendre le langage coloré de l’entraîneur canadien: «Ils ont fucké le système de jeu.» Allez savoir pourquoi?

Plutôt que d’accabler injustement ses joueurs, Chris McSorley ferait mieux de combattre le calendrier débile – ne serait-il pas plus intelligent de programmer les matches de Genève-Servette à Davos et à Lugano les mardis soirs? – qu’un rond-de-cuir de la Ligue nationale a concocté au chaud dans son bureau. Parce que si trois buts sur cinq, encaissés sur de grossières erreurs individuelles, ne sont pas, aux yeux du coach, la conséquence de la fatigue et de sautes de concentration, alors Genève-Servette ne mérite pas de figurer dans le top 3 du championnat de LNA.

Enfin, on ne pardonnera pas à Chris McSorley d’interdire à Chris Rivera et Alexandre Picard, d’évoluer avec leur nouveau club (Fribourg et Davos en l’occurrence) aux Vernets jusqu’à la fin de la saison régulière. Cet accord ne s’appuie sur aucune base légale et constitue une double peine infligée aux supporters grenat, privés de revoir à l’œuvre deux anciens joueurs, qu’ils adulaient. Et qui étaient, rappelons-le, devenus indésirables à Genève-Servette.

14:54 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.