06/12/2016

Genève-Servette tangue

Elles courent, elles courent les mauvaises nouvelles à propos de l’état de santé de Genève-Servette. Sur le plan sportif, les Aigles piquent du nez et menacent de se crasher en beauté; le nombre de spectateurs ne cesse de chuter match après match – ils n’étaient que 6000 samedi soir à l’occasion de la venue de Davos, si l’on soustrait les 500 supporters grisons venus en goguette aux Vernets –; le projet de la future patinoire a du plomb dans l’aile et l’état des finances laisse présager des lendemains moroses.

Pendant ce temps là, Hugh Quennec roucoule en compagnie des oisifs Canadiens de Vancouver qu’il a recrutés à l’été, on ne sait trop pourquoi, sinon pour mettre le souk aux Vernets. Tout va bien donc à entendre un président, responsable – on ne le répétera jamais assez – à 100% de la relégation du Servette FC, dont il fut le président éphémère de 2012 à 2013, avec en guise de cadeau d’adieu un trou financier de 5 millions de francs. Pourquoi ne rééditerait-il pas le même exploit – car c’en est un – avec Genève-Servette?

Quelques nouvelles du front prouvent à l’évidence que le club tangue dangereusement. Quoi qu’il en dise, Hugh Quennec entretient des relations conflictuelles avec ses employés; il ne jouit pas non plus de la confiance des politiciens ainsi que de certains partenaires et, comme à son habitude, préfère la fuite en avant plutôt que d’affronter la réalité en face. Le projet pharaonique de la patinoire de Trèfle blanc pourrait être enterré en faveur de celui moins rutilant sis sur le parking des Vernets, de même les caisses pourraient crier famine à la fin du mois de janvier et le tournoi Genève Futur Hockey Challenge passer un tour en 2017.

Mais de tout ça, on reparlera en temps voulu. N’est ce pas Monsieur Quennec? Car ce n’est pas l’enquête bâclée de la RTS, diffusée dimanche dans le cadre de l’émission Sport dimanche, qui a levé un coin du voile sur le personnage…

11:15 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |