25/09/2017

GSHC: un peu de patience, svp

Bien sûr, le début de championnat de Genève-Servette n’est pas à la hauteur des attentes de son entraîneur, de ses joueurs, de ses dirigeants et de ses supporters. Il serait facile par les temps qui courent de vouer aux gémonies Foodtruck, pardon Woodcroft, le successeur de Chris McSorley, et son bilan famélique (sept points après sept matches) sanctionné par un modeste dixième rang au classement. C’est oublier un peu vite que l’on ne change pas un canard boiteux en un aigle royal d’un simple coup de baguette magique.

Donnons au nouvel entraîneur du GSHC un peu de temps. Car patience et longueur de temps valent mieux que force ni que rage. Souvenez des débuts poussifs de Chris McSorley à son arrivée à Genève! Sous sa conduite autoritaire, l’armada grenat avait commencé le championnat de LNB 2001-2002 par deux défaites contre Olten et Sierre. Avant d’aligner une série impressionnante de victoires et d’être brillamment promue en LNA.

Il faut donner crédit à Woodcroft de tenter d’inculquer une nouvelle orientation plus jouissive au jeu de Genève-Servette. La transition avec le système rigide de McSorley, élevé en dogme aux Vernets, ne se fera pourtant pas du jour au lendemain. Comme Rome ne s’est pas construite en un jour. Deux bémols, hélas, à ce constat: la désaffection lente mais inexorable du public des Vernets échaudé par une dernière saison pourrie en interne par Hugh Quennec, aujourd’hui heureusement réduit au silence, et la répétition des erreurs de débutants des joueurs, malgré un contingent étoffé en quantité comme en qualité.

 

15:20 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |