17/12/2017

A quoi sert Woodcroft?

Genève-Servette a bouclé la semaine de tous les dangers – rapport aux absences conjuguées de son entraîneur Craig Woodcroft et de ses deux défenseurs suédois, Johann Fransson et Henrik Tömmernes, appelés par leur équipe nationale respective – avec deux victoires à son compteur (Lugano et Lausanne) et une défaite à l’issue de la séance des tirs au but (Zoug). Un bilan (7 points sur neuf possibles) inespéré en regard aussi de la longue liste des blessés (9!) qui accable les Aigles.

Autant dire qu’une question vient immédiatement à l’esprit après ce constat: à quoi sert Craig Woodcroft? Poser la question, c’est y répondre sans détour: apparemment à rien! L’entraîneur fantôme a été remplacé avec un infini bonheur par le duo Jason O’Leary-Louis Matte. Pendant son absence avec le team Canada, les deux adjoints ont amené – il était de temps – de l’émotion dans le camp des joueurs, dont certains ne supportent plus le style de Craig Woodcroft.

Les leaders du GSHC ont pris leurs responsabilités, retrouvé leur esprit combattant, qui faisait leur marque de fabrique sous l’ère McSorley, et épuré de leur propre chef le système de jeu abracadabrantesque prôné par un entraîneur dépassé par les événements. Craig Woodcroft est de retour aux affaires cette semaine. Il ne lui sera pardonné aucun écart comptable. Surtout avec l’avantage pour les Grenat de recevoir Ambri-Piotta et Kloten – les deux cancres de la National League ­– aux Vernets. Avant de s’en aller défier les ZSC Lions aux Hallenstadion la veille de Noël.

A propos de Genève-Servette. On sait que la formation inscrite dans le championnat de première ligue fait partie de l’Association du GSHC et non pas de la S.A. Sauf qu’elle joue sous les mêmes couleurs – grenat – que l’équipe fanion et, qu’à ce titre, elle a un devoir d’exemplarité. Or, depuis son retour en première ligue, elle bat tous les records du nombre de minutes de pénalité pour notamment dureté excessive, charge à la tête, coup de crosse, piquer avec la lame de la crosse, coup de genou, comportement antisportif, etc. Samedi soir, contre Franches-Montagnes, la formation dirigée par Michal Grosek – avec 13 joueurs seulement inscrits sur la feuille de match! – a écopé d’une cinquantaine minutes de pénalité. Navrant pour l’image du club!

15:07 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.