10/01/2016

Les Lorenzinades de Massimo

Vendredi 8 janvier, sur le plateau du Téléjournal, Massimo Lorenzi, tenue savamment négligée, vient commenter les scandales qui ont éclaboussé la Fédération internationale de football (FIFA) et celle d’athlétisme (IAAF) en 2015.

Et le beau Massimo, d’un air de circonstance soigneusement étudié, de nous balancer que si les grandes Fédérations de ce monde sont corrompues, c’est la faute à l’amateurisme de leurs dirigeants, qu’il faudrait remplacer par des professionnels incorruptibles, capables de diriger leur petit monde d’une poigne de fer. Or, à ce que je sache, ni Sepp Blatter ni Lamine Diack, présidents des deux Fédérations incriminées, n’étaient des intermittents du spectacle, mais plutôt des personnalités de haut rang et de haut vol.

Théorie douteuse donc – la probité n’a rien à voir avec le statut, professionnel ou amateur, des dirigeants en place – suivie, dans la foulée, d’une autre Lorenzinade. Voyez plutôt: le chef du service sportif de la RTS, interrogé par la présentatrice du 19.30 sur le rôle, voire les responsabilités, des diffuseurs dans ce monde sportif du tous pourris, répond sans rire en mettant en avant les relations étroites qu’il aurait tissées avec de nombreux sportifs de haut niveau «dont une écrasante majorité d’entre eux, affirme-t-il péremptoire, n'est pas corrompue ou dopée.» On se demande à quelles personnalités il fait référence, lui qui ne sort de sa tour d’ivoire de la RTS que tous les 36 du mois

«Quelles sont les attentes du public de la RTS, se demande ensuite Massimo? Il se dédouane d’entrée de toute responsabilité, histoire de caresser le peuple dans le sens du poil et de se donner bonne conscience. «Les téléspectateurs, explique-t-il, veulent du spectacle et sont prêts parfois à fermer les yeux sur certaines magouilles ou alors à les dénoncer après.» Comme les diffuseurs en somme… Ponce Pilate n’aurait pas mieux parlé.

«Nous ce qu’on doit faire, conclut enfin Massimo, c’est encadrer, expliquer et mettre en perspective…» Comment relever ce défi de l’impossible avec les sous doués qui peuplent la rédaction du service des sports de la RTS, à l’exception de quelques pointures, parmi lesquelles Pascal Droz en tennis. Autant dire qu’on craint le pire. Alors, on zappe sans mauvaise conscience.

14:08 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

06/01/2016

De Jürg Stäubli à Hugues Quennec

S’il fallait décerner le prix du président le plus décrié de l’année 2015 en Suisse, il irait sans l’ombre d’un doute à Hugues Quennec pour l’ensemble de ses basses œuvres. Même le forum de Genève-Servette (www.1905.ch), pourtant dégoulinant d’allégeance à tout ce qui touche de près ou de loin au club grenat, a enfin ouvert les yeux – il n’est jamais trop tard – sur la politique opaque du Canadien et ses dégâts collatéraux. Jusqu’à lui conseiller, en des termes diplomatiques choisis il va sans dire, de plier bagage et de faire place nette. A croire que l’opération Quennec dégage menée par les supporters du Lausanne HC, échaudés d’apprendre que le club si cher à leur cœur était détenu par qui vous savez, commence à faire des émules à Genève.

Et la nouvelle révélée par la Neue Zürcher Zeitung sur le futur désengagement financier – pas seulement au GSHC mais aussi dans le tournoi ATP de Genève – du mécène russo-finlandais Gennady Timchenko, ne va apaiser les esprits. Car ce sont entre deux et trois millions de francs qui vont manquer à la trésorerie de Genève-Servette. Une somme rondelette qu’Hugues Quennec prenait soin de cacher à la population, quand il minaudait de sa petite voix angélique que son club s'appuyait sur l’un des plus petits budgets de la LNA. De quoi faire pleurer dans les chaumières genevoises!

Vers quel homme providentiel se tournera désormais le président de Genève-Servette pour équilibrer son budget? Un Russe? Un compatriote canadien? Toutes les pistes sont désormais ouvertes. Se pose aussi le problème du financement de la future patinoire – un rêve chimérique par les temps qui courent –, sachant que les caisses du Canton et de la Ville sont vides. Et qu’Hugues Quennec ne jouit plus d’aucun crédit auprès des autorités politiques genevoises. Surtout après ses démêlés actuels et ce n'est pas terminé! avec le conseil d’administration du Lausanne HC, dont il est le propriétaire. Sans oublier, l’année passée, la relégation administrative du Servette FC.

Si l’on osait, on comparerait volontiers la trajectoire mortifère de Huques Quennec à celles tout aussi controversées de Marc Roger, fossoyeur du Servette FC en 2004, et de Jürg Stäubli, qui a laissé Genève-Servette exsangue après son départ brutal de la présidence en 1999. Sauf que, soyons magnanimes, le Canadien est plus fréquentable que le Tartarin d’Alès et que le promoteur musclé suisse alémanique, condamné, rappelons-le, à 23 mois de prison au début des années 2000, pour gestion déloyale et faux. Depuis, c’est vrai, il s’est racheté une bonne conduite.

15:00 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

20/12/2015

Hugh Quennec persiste et signe

Après la relégation administrative du Servette FC, dont il porte l’entière et unique responsabilité, et la démission en bloc du comité du Mouvement juniors du Genève-Servette pour manifester sa mauvaise humeur envers l’omnipotent personnage, on pensait avoir définitivement refermé le volumineux dossier d’Hugh Quennec en 2015. N’avait-il pas fait son mea culpa dans une interview à la Tribune de Genève (11.12.2015) en des termes sans équivoque.

«Cette aventure – ndlr: celle du Servette FC – était particulièrement compliquée et lourde de conséquences pour beaucoup de personnes, même si de nombreuses bonnes choses ont été accomplies. Je me suis forcément remis en question, au niveau personnel et professionnel. Cette période de réflexion continue et cela me donne encore plus envie de rechercher l’excellence dans mes autres activités et dans ma vie privée. Je reste ambitieux et idéaliste, même s’il est vrai que ce n’est pas toujours évident. Je suis un homme avec ses faiblesses qu’il faut savoir atténuer, notamment en s’entourant de personnes complémentaires et de confiance.»

Paroles en l’air! La preuve, Hugh Quennec est rattrapé par une nouvelle affaire: on veut parler de celle concernant le Lausanne Hockey Club dont il est l’actionnaire majoritaire. Pour pérenniser l’avenir du club vaudois, il faudrait injecter de 6 à 8 millions de francs. Problème: Quennec ne veut pas – ou ne peut pas – investir une telle somme. De nouveaux actionnaires sont prêts à se substituer à lui. Sauf que le Québécois entend, quoi qu’il arrive, conserver 51% du capital. Le Conseil administration du LHC lui a donc lancé un ultimatum, qui expire le 31 janvier 2016, pour prendre en compte ses doléances. Passé ce délai, il quittera le navire.

Ce cas d’école rappelle étrangement quelques fameux antécédents qui collent à la personne de Quennec. A Genève-Servette d'abord avec le départ en cours de route de quelques membres du conseil d’administration, qui ne voulaient plus cautionner la politique du club grenat. A Genève Futur ensuite, dont le CP Meyrin appuyé par les autorités politiques du cru dans sa démarche, a toujours refusé de rejoindre les rangs, car Quennec, initiateur du projet, n’entendait partager la direction de l’Association avec personne d’autre que lui. Rebelote cette année avec le Mouvement juniors du GSHC, une affaire dont on a abondement parlé dans un précédent blog.

En résumé, Quennec abîme tout ce qu’il touche. Pourquoi? Par appétit du pouvoir qu’il entend exercer sans partage, envers et contre tous. Jusqu’à quand celui-ci, qui a perdu la confiance des autorités politique genevoise après le crash du Servette FC – ennuyeux dans l’épineux dossier de la nouvelle patinoire –, va-t-il encore user de pratiques d’un autre âge en toute impunité? Premier élément de réponse à cette question: la Ligue nationale a promis de sévir pour mettre fin à la double casquette d’investisseur de Quennec à Genève-Servette et au Lausanne HC. La sanction pourrait aller de la simple amende jusqu’au retrait de licence des deux organisations concernées.

15:09 | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

01/12/2015

Quennec refait parler de lui

Au premier abord, Hugues Quennec est un chic type, élégant, bien élevé, la voix charmeuse où perce un léger accent anglais, le sourire Pepsodent ou Colgate, c’est selon, éternellement aux lèvres. Après l’avoir fréquenté, le tableau est pourtant plus nuancé. L’homme apparaît retors, bonimenteur, mais fuyant aussi. Autant de (bonnes) raisons qui en font le client préféré de notre blog. Avec Chris McSorley, il va sans dire.

Le président adore tendre le bâton pour se faire battre. Après les quelques casseroles qu’il traîne avec Genève-Servette, Genève Futur Hockey que le CP Meyrin a toujours refusé de rejoindre, sans oublier bien sûr les déboires financiers du Servette FC avec pour corollaire la relégation administrative du club de football grenat en 1re ligue Promotion, voilà que Hugues Quennec remet le couvert.

Après avoir succédé à Jean-Michel Barbey à la présidence du Mouvement junior de Genève-Servette, en juin 2015, Hugues Quennec a rapidement muselé son comité, en le considérant comme quantité négligeable, au point que celui-ci à démissionné en bloc le mois dernier. Pour justes motifs. «Notre décision a été motivée par le fait que le Mouvement junior n’était plus dirigé par un comité légitimement élu par les membres», ont communiqué les démissionnaires. «Son président (ndlr: Quennec) a imposé la présence d’employés de Genève Futur, lesquels gouvernent le Mouvement sans mandat et hors du cadre juridique et statutaire. Cette ingérence de Genève Futur dans est intolérable...»

Cette vénérable institution n’a pourtant connu aucune secousse sismique durant ces dix dernières années. Jusqu’à l’arrivée de Huques Quennec, hélas, avec les conséquences que l’on connaît. Comme le prévoient les statuts, le président a convoqué une assemblée générale extraordinaire le 8 décembre 2015, avec à l’ordre du jour l’élection d’un nouveau comité, au sein duquel figurent les anciens joueurs Alain Reymond et Joël Aeschlimann qui, espérons-le, ne joueront pas le rôle de potiche.

La convocation a été envoyée en bonne et due forme aux parents des juniors. Rien à redire donc. Sauf que le diable se cache parfois dans les détails. Une phrase sibylline «Afin de faciliter le décompte des voix, un carton de vote par joueur vous sera remis à votre arrivée à l'assemblée. Chaque joueur devra être accompagné par un représentant légal au moins» a provoqué un certain émoi chez les parents, qui ont cru, de bonne foi, que la présence de leur rejeton à ladite assemblée était obligatoire pour obtenir le droit de vote. Renseignement pris auprès du directeur administratif, qui a reconnu l’ambiguïté de ce point de l’ordre du jour, il n’en est rien. Ouf!

Reste qu’au-delà de cette incompréhension passagère, le lien de confiance entre certains parents et Hugues Quennec est (définitivement?) rompu. Un climat de suspicion s’est installé. L’omnipotence du président crée un sentiment de crainte diffus, peut-être irrationnel. Mais bel et bien perceptible. A notre connaissance, des personnes hésiteraient à voter contre le futur comité, ou même à s’abstenir, de peur de sanctions rétroactives contre leurs enfants.

Conscient de ce sentiment de malaise, le directeur administratif du Mouvement junior de Genève-Servette a tenté de clarifier certains points dans une missive adressée aux parents en date du 23 novembre. Un passage a retenu toute notre attention. «La démission des membres du comité, qui étaient particulièrement engagés dans des tâches opérationnelles de l’Association, nous a contraints à nous réorganiser à l’interne afin d’assurer la bonne marche de l’Association, en attendant l’élection d’un nouveau comité, ou de bénévoles désirant reprendre les activités. C’est pour cette seule et unique raison que des employés de Genève Futur Hockey et du Genève-Servette HC ont repris certaines tâches, précédemment assumées par les membres du Comité démissionnaires.» La mémoire sélective, le directeur administratif, employé de Genève Futur, oublie qu’il est entré en fonction au sein du Mouvement junior trois mois au moins avant la démission du comité.

Aux toutes dernières nouvelles, tombées quelques minutes seulement après la parution de ce blog, nous avons appris que l'assemblée générale extraordinaire du Mouvement junior programmée le 8 décembre a été renvoyée à l'année prochaine. Le futur comité, interpellé par les parents, a pris la mesure du malaise ambiant et a promis de collaborer avec toutes les bonnes volontés. Il n'est jamais trop tard pour bien faire...

 

11:51 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |