"Tu sais où je peux acheter un révolver?"

A la retraite depuis le 23 octobre 2013, j'ai oeuvré successivement à la Semaine Sportive (1967-1969), à La Suisse (1969-1994), au Nouveau Quotidien (1994-1995) et à la Tribune Genève (1995-2013). Je vous propose de partager quelques souvenirs d'un demi-siècle au coeur du sport. Aujourd'hui: le combat de boxe Menetrey - Garcia à Genève

Le monde du Noble Art regorge d’individus aussi excentriques qu’attachants. Angel Robinson Garcia, le légendaire boxeur cubain aux 237 (!) combats professionnels, a parcouru la planète en long et en large pendant 33 ans, dès l’âge de 18 ans jusqu’à 51 ans, l’heure de sa retraite sportive.

Grâce à ses relations avec des managers français, pas tous recommandables, le promoteur Charles Ritzi réussit le tour de force de l’attirer à Genève pour affronter Roger Menetrey en novembre 1970. J’accueille Angel Robinson Garcia à l’aéroport de Cointrin pour une interview express. A peine a-t-il répondu à ma première question, qu’il me demande sans plaisanter, où il peut acheter un révolver. Je lui explique que seules les armureries sont autorisées à vendre des armes à feu. Et qu’il m’étonnerait qu’il lui en vende une sans permis. La conversation sur ce sujet brûlant s’arrête là. Je ne saurai jamais quel usage Angel Robinson Garcia comptait faire de ce pistolet.

Mais sur le ring, le virtuose cubain de l’esquive n’a pas besoin d’artillerie lourde pour donner une leçon de boxe au champion de France des poids welters qui, contre toute attente, est proclamé vainqueur aux points. Une fois encore, Angel Robinson Garcia est honteusement volé par les juges et l’arbitre. Cette décision inique est accueillie fraîchement par le public, pourtant tout acquis à la cause de Roger Menetrey.

Plusieurs années plus tard, je découvre avec stupeur et émotion sur le petit écran un reportage de France 2 consacré au nomade des rings sans véritable port d’attache. Logé dans une chambre sordide d’un petit hôtel parisien, il n’est plus que l’ombre de lui-même. Même s’il s’astreint à quelques mouvements de shadow boxing pour faire le  beau devant la caméra de télévision... A l’âge de 63 ans, Angel Robinson Garcia s’éteint à Cuba, sa patrie d’origine.  

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel