Je prends Fritz Chervet en stop

Pendant 46 ans, j'ai eu le privilège d'exercer la profession de journaliste du sport à la Semaine Sportive (1968-1969), à La Suisse (1969-2004), au Nouveau Quotidien (1994-1995) et à la Tribune Genève (1995-2013). Je vous propose de revivre quelques moments forts de cette longue aventure. Aujourd'hui: un voyage en stop avec Fritz Chervet, champion d'Europe de boxe et, hélas, décédé le 29 août 2020 à l'âge de 77 ans.

Les hasards de la vie réservent parfois d’étonnantes surprises. Tenez, ce jour de beau temps où l’idée me vient d’aller me promener avec ma femme au lac de Sauvabelin, dans la forêt éponyme au-dessus de Lausanne. Au moment de me diriger vers l’embranchement de l’autoroute Genève-Lausanne au lieu-dit le Vengeron, je distingue un quidam, accompagné de son chien, qui fait de l’autostop.  

“Mais ne serait-ce pas Fritz Chervet”, dis-je à ma femme. Ni une ni deux, je fais demi-tour pour en avoir le cœur net. Arrivé à sa hauteur, le doute n’est plus permis: il s’agit bien du champion d’Europe en titre des poids mouche. “Salut Fritz, où vas-tu là?” “Je rentre à Berne” me répond-il. “Je te dépose sur les hauts de Lausanne tout près de l’autoroute. C’est ok pour toi”

Affaire conclue. Chemin faisant, nous parlons de tout et de rien. Autant d’instants magiques gravés à jamais dans ma mémoire. 

Les commentaires sont fermés.